Conférence régionale d’engagement des réseaux religieux (Nouakchott, Mauritanie)

L’implication des leaders religieux et traditionnels de différentes confessions est importante pour l’ensemble du projet SWEDD. Leur leadership et leur engagement fort sont également essentiels pour la réalisation du changement démographique. C’est ainsi que du 7 au 10 mai 2018, l’UNFPA et la Banque mondiale ont réuni dans la capitale Mauritanienne, les leaders religieux des six pays SWEDD, du Bénin et du Nigeria.

L’objectif principal:

  • développer une feuille de route dans les actions de plaidoyer et de campagnes de sensibilisation au niveau communautaire et lancer la collaboration entre les gouvernements, les organisations confessionnelles et les organisations non gouvernementales engagées dans la mise en œuvre d’interventions visant l’autonomisation des femmes et des filles, dans les zones ciblées par le projet, pour en optimiser les résultats escomptés.
  • La feuille de route définira l’action des leaders religieux dans le cadre du projet SWEDD dans la promotion d’autonomisation des femmes et des jeunes à travers la scolarisation, des activités génératrices de revenu, une meilleure santé reproductive et de promotion du genre.

Engagés dans un but commun, les leaders religieux et traditionnels contribueront à de grands changements au niveau régional et national et participeront activement à la mise en œuvre des politiques visant à modifier positivement le comportement des communautés, des familles et des villages.

Télécharger le bulletin

DECLARATION DES LEADERS RELIGIEUX

Considérant les nombreux défis auxquels font face nos pays sur le plan démographique,

En effet, l’échec des approches de développement dans la plupart des pays en développement et en particulier ceux du Sahel et au sud du Sahara est en grande partie dû à l’inefficacité des choix stratégiques en matière d’investissement dans le capital humain et d’intégration des questions de population dans les politiques de développement dans ces pays. Ce constat d’échec est à l’origine de l’émergence d’une approche systémique d’intégration des questions de population dite dividende démographique.

Le changement social et comportemental étant un processus incontournable à la réussite du Projet SWEDD, une distinction particulière a été donné à la stratégie de communication qui est cible le changement social et de comportement. . C’est pourquoi il a été procédé à un lancement de la campagne régionale de communication pour le changement social et de comportement (CCSC) sous le haut patronage conjoint des Premières Dames des six pays du SWEDD à Abidjan, Côte d’ivoire. Les campagnes nationales (CCSC) qui ont été organisées étaient le rendez-vous des acteurs de mise en œuvre des activités du projet et ses différentes cibles (femmes, filles et jeunes adolescent(e)s et d’un parterre des chefs religieux et imams au niveau national et régional.

La participation des chefs et leaders religieux et des réseaux religieux a été une charnière dès les premières activités par l’élaboration d’une cartographie des religieux des six pays du SWEDD dont les membres ont contribués grandement à la mise en œuvre de la campagne nationale (CCSC).

  • L’atelier pilote d’une formation sur la santé génésique, politiques de population et questions de genre, organisé par le Centre Islamique International pour la Recherche et les Etudes en Population, de l’Université Al-Azhar, sous le patronage du grand Imam d’Al-Azhar en avril 2018.
  • L’organisation d’un atelier national et l’élaboration d’une cartographie des acteurs religieux en 2017/2018 dans chacun des pays du SWEDD. La cartographie a examiné la situation de l’engagement religieux actuel et potentiel dans la SRMNIN, identifié des champions et des réseaux de leaders religieux et de « mourchidatts » et formulé des recommandations. Des ateliers nationaux ont été organisés pour valider les cartographies dans chacun des pays et les leaders de réseaux mobilisés au niveau national, y compris des champions identifiés pour la formation d’un réseau régional.
  • L’organisation du symposium « Islam, Dividende Démographique et Bien-Etre Familial » en collaboration avec la République du Tchad, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la Banque Mondiale et le Haut Conseil des Affaires islamiques du Tchad en juillet 2017.

Nous, leaders religieux, représentants les communautés religieuses des pays membres du SWEDD que sont : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, regroupés à la faveur de l’atelier régional du 07 au 10 mai 2018 à l’Hôtel Azalai, Nouakchott, organisé par la Coordination régionale du SWEDD, avons participé avec une attention soutenue aux présentations et aux échanges autour des problématiques liées à la capture du dividende démographique.

Nous avons pris connaissance des avantages d’une transition démographique effective pour nos pays et leurs populations.

Attirons l’intention des Partenaires Techniques et Financiers sur l’importance des renforcements des capacités des leaders religieux.

Ainsi, donc,

Nous comptons jouer notre rôle d’agent de changement constructif et positif en faveur de l’autonomisation des femmes, des jeunes et du dividende démographique

Nous nous engageons à appuyer les différents acteurs dans le projet et à mettre en œuvre notre plan de travail.

Nous notons notre pleine adhésion au projet SWEDD et nous nous engageons à le soutenir dans la mise en œuvre des activités pour lui permettre de couronner avec succès les objectifs qu’il s’est assignés.

Nous nous engageons à soutenir les réseaux des religieux et dans tous les 6 pays membres du SWEDD et autres pays de la sous-région notamment le Bénin et le Nigeria

Sur la base des discussions qui ont eu lieu pendant la conférence autour de la santé de la reproduction, la protection de la femme et de l’enfant, et le mariage d’enfants;

Nous nous engageons à lutter contre toutes les formes de violences basées sur le Genre pour ce qu’elles comportent comme nuisances sanitaires et sociales, ainsi que la lutte contre l’extrémisme violent sous toutes ses formes.

De même que nous nous engageons à amener notre apport dans le domaine de la santé de la reproduction comportant la maternité sécurisée lors de la grossesse, pendant l’accouchement, ainsi que  le droit d’accès de la femme aux méthodes contraceptives d’espacement des naissances.

Nous confirmons que nos engagements doivent être conformes aux principes et aux enseignements islamiques.

Fait à Nouakchott, le jeudi 10 mai 2018

L’implication des leaders religieux et traditionnels de différentes confessions est importante pour l’ensemble du projet SWEDD. Leur leadership et leur engagement fort sont également essentiels pour la réalisation du changement démographique. C’est ainsi que du 7 au 10 mai 2018, l’UNFPA et la Banque mondiale ont réuni dans la capitale Mauritanienne, les leaders religieux des six pays SWEDD, du Bénin et du Nigeria.

L’objectif principal:

  • développer une feuille de route dans les actions de plaidoyer et de campagnes de sensibilisation au niveau communautaire et lancer la collaboration entre les gouvernements, les organisations confessionnelles et les organisations non gouvernementales engagées dans la mise en œuvre d’interventions visant l’autonomisation des femmes et des filles, dans les zones ciblées par le projet, pour en optimiser les résultats escomptés.
  • La feuille de route définira l’action des leaders religieux dans le cadre du projet SWEDD dans la promotion d’autonomisation des femmes et des jeunes à travers la scolarisation, des activités génératrices de revenu, une meilleure santé reproductive et de promotion du genre.

Engagés dans un but commun, les leaders religieux et traditionnels contribueront à de grands changements au niveau régional et national et participeront activement à la mise en œuvre des politiques visant à modifier positivement le comportement des communautés, des familles et des villages.

Télécharger le bulletin

DECLARATION DES LEADERS RELIGIEUX

Considérant les nombreux défis auxquels font face nos pays sur le plan démographique,

En effet, l’échec des approches de développement dans la plupart des pays en développement et en particulier ceux du Sahel et au sud du Sahara est en grande partie dû à l’inefficacité des choix stratégiques en matière d’investissement dans le capital humain et d’intégration des questions de population dans les politiques de développement dans ces pays. Ce constat d’échec est à l’origine de l’émergence d’une approche systémique d’intégration des questions de population dite dividende démographique.

Le changement social et comportemental étant un processus incontournable à la réussite du Projet SWEDD, une distinction particulière a été donné à la stratégie de communication qui est cible le changement social et de comportement. . C’est pourquoi il a été procédé à un lancement de la campagne régionale de communication pour le changement social et de comportement (CCSC) sous le haut patronage conjoint des Premières Dames des six pays du SWEDD à Abidjan, Côte d’ivoire. Les campagnes nationales (CCSC) qui ont été organisées étaient le rendez-vous des acteurs de mise en œuvre des activités du projet et ses différentes cibles (femmes, filles et jeunes adolescent(e)s et d’un parterre des chefs religieux et imams au niveau national et régional.

La participation des chefs et leaders religieux et des réseaux religieux a été une charnière dès les premières activités par l’élaboration d’une cartographie des religieux des six pays du SWEDD dont les membres ont contribués grandement à la mise en œuvre de la campagne nationale (CCSC).

  • L’atelier pilote d’une formation sur la santé génésique, politiques de population et questions de genre, organisé par le Centre Islamique International pour la Recherche et les Etudes en Population, de l’Université Al-Azhar, sous le patronage du grand Imam d’Al-Azhar en avril 2018.
  • L’organisation d’un atelier national et l’élaboration d’une cartographie des acteurs religieux en 2017/2018 dans chacun des pays du SWEDD. La cartographie a examiné la situation de l’engagement religieux actuel et potentiel dans la SRMNIN, identifié des champions et des réseaux de leaders religieux et de « mourchidatts » et formulé des recommandations. Des ateliers nationaux ont été organisés pour valider les cartographies dans chacun des pays et les leaders de réseaux mobilisés au niveau national, y compris des champions identifiés pour la formation d’un réseau régional.
  • L’organisation du symposium « Islam, Dividende Démographique et Bien-Etre Familial » en collaboration avec la République du Tchad, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la Banque Mondiale et le Haut Conseil des Affaires islamiques du Tchad en juillet 2017.

Nous, leaders religieux, représentants les communautés religieuses des pays membres du SWEDD que sont : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, regroupés à la faveur de l’atelier régional du 07 au 10 mai 2018 à l’Hôtel Azalai, Nouakchott, organisé par la Coordination régionale du SWEDD, avons participé avec une attention soutenue aux présentations et aux échanges autour des problématiques liées à la capture du dividende démographique.

Nous avons pris connaissance des avantages d’une transition démographique effective pour nos pays et leurs populations.

Attirons l’intention des Partenaires Techniques et Financiers sur l’importance des renforcements des capacités des leaders religieux.

Ainsi, donc,

Nous comptons jouer notre rôle d’agent de changement constructif et positif en faveur de l’autonomisation des femmes, des jeunes et du dividende démographique

Nous nous engageons à appuyer les différents acteurs dans le projet et à mettre en œuvre notre plan de travail.

Nous notons notre pleine adhésion au projet SWEDD et nous nous engageons à le soutenir dans la mise en œuvre des activités pour lui permettre de couronner avec succès les objectifs qu’il s’est assignés.

Nous nous engageons à soutenir les réseaux des religieux et dans tous les 6 pays membres du SWEDD et autres pays de la sous-région notamment le Bénin et le Nigeria

Sur la base des discussions qui ont eu lieu pendant la conférence autour de la santé de la reproduction, la protection de la femme et de l’enfant, et le mariage d’enfants;

Nous nous engageons à lutter contre toutes les formes de violences basées sur le Genre pour ce qu’elles comportent comme nuisances sanitaires et sociales, ainsi que la lutte contre l’extrémisme violent sous toutes ses formes.

De même que nous nous engageons à amener notre apport dans le domaine de la santé de la reproduction comportant la maternité sécurisée lors de la grossesse, pendant l’accouchement, ainsi que  le droit d’accès de la femme aux méthodes contraceptives d’espacement des naissances.

Nous confirmons que nos engagements doivent être conformes aux principes et aux enseignements islamiques.

Fait à Nouakchott, le jeudi 10 mai 2018

Partenaires